webleads-tracker

[INTERVIEW] L’Imprimé électoral fait la une du magazine Caractère !

Votre vote compte

Sandrine Moysset, Reponsable du Développement des Marchés Publics chez Adrexo, répond aux questions du magazine Caractère au sujet de l’Imprimé électoral

 

« Premier opérateur privé français de diffusion d’imprimés publicitaires, Adrexo commercialise également des solutions de marketing digital et d’actions événementielles. Pour les législatives, l’entreprise propose aux candidats une offre complète de communication qui comprend notamment l’impression et la distribution des supports de campagne.

L’imprimé électoral nécessite de la réactivité. Quels sont vos atouts pour répondre à ces impératifs de souplesse ?

L’optimisation de nos process nous permet de garantir une offre de diffusion cross-média dans les meilleurs délais. Du conseil à la diffusion finale, en passant par la création, l’impression et la logistique, toutes les étapes sont fiabilisées. Pour les élections, nous mettons également en place une équipe transverse dédiée afin d’être encore plus réactifs. Nous œuvrons, enfin, au développement d’outils informatiques propriétaires pour gérer, sur une plateforme partagée entre nos équipes et nos clients, la création et la production des imprimés.

Les électeurs demeurent attachés au média imprimé. Comment faire évoluer tracts et flyers pour les rendre « différenciants », pour en améliorer l’impact ?

Notre outil exclusif d’Eyetracking (analyse du comportement oculaire, des points et des temps de fixation du regard) nous permet d’optimiser l’impact visuel des campagnes pour proposer des imprimés efficaces. Se différencier, c’est aussi proposer une nouvelle manière de consommer l’information électorale. Nous pensons pour cela qu’il est fondamental de développer de nouveaux formats: formats papier différents, formats digitaux, formats mails, formats mobiles avec notifications, etc. Nos équipes peuvent intervenir auprès des candidats afin d’établir avec eux un plan média efficace pour accompagner leur campagne.

Comment ces prospectus électoraux sont-ils distribués ?

Notre maillage territorial est composé de 250 centres et relais et près de 18000 distributeurs. Cela nous permet d’assurer une couverture optimale et une distribution rapide et efficace. Nous touchons plus de 24 millions de boîtes à lettres sur toute la France, réparties sur 33000 secteurs en zone urbaine, périurbaine et rurale. Cette présence nationale et locale, depuis plus de 35 ans, confère une parfaite connaissance de ces secteurs et de leurs spécificités. De plus, grâce à notre expertise en géomarketing et aux outils propriétaires que nous avons développés, nous proposons des diffusions géolocalisées et personnalisées. Nous avons ainsi défini des zones qui collent au plus près des découpes de chaque circonscription, afin que les candidats aient accès, via les boîtes à lettres, au cœur des foyers de leurs électeurs. Adrexo a également développé une offre exclusive qui cible les secteurs qui étaient en fort ballottage lors des dernières élections de 2015. Ce ciblage est complété par un pack événementiel destiné à améliorer la visibilité de la communication des candidats dans les lieux de fort passage: marchés, sorties de gare, métro, RER, etc.

En complément de la distribution ciblée dans les boîtes à lettres, vous proposez donc aux candidats des actions événementielles locales. Une sorte de « drive to vote » ?

Notre objectif est avant tout de créer du lien entre les candidats et les citoyens. Pour nos clients privés, l’imprimé publicitaire classique reste le média qui génère le plus de trafic en magasin (81% de drive to store selon notre étude 2016 réalisée en partenariat avec Ipsos). C’est un formidable accélérateur de business avec une incitation à l’action très forte. Et nous pensons que la complémentarité entre l’imprimé électoral déposé dans les boîtes à lettres et les actions locales de visibilité et de notoriété a un effet démultiplicateur sur les électeurs, avec une forte incitation à l’action qui accélère le trafic vers les bureaux de vote et l’action de voter. »

Interview tirée du magazine Caractère – Mai 2017

Laissez une réponse